Rechercher

Le confinement en questionnement…

Mis à jour : mars 25

Et si ce temps en intérieur devenait le temps d’intériorité dont nous avons tant besoin ?




Adeline 35 ans, pacsée, 2 enfants Confinée*

« Je ne sais pas vous, mais moi j’ai été stoppée en plein 100 m haies, et j’étais bien placée pourtant… Depuis, je ne contrôle plus rien, c’est dramatique pour moi, car ma vie n’était que contrôle : contrôle de mes horaires, de mes enfants, de mes employés, calculs, optimisations… me voici sur le point de vous annoncer l’in-énonçable… j’ai peur ! Et il paraît que je ne suis pas la seule… Finies les mille activités hebdomadaires de chacun des membres de la famille ; finis les emplois du temps minutés par ce que nous devons absolument faire sous peine de… (… de quoi déjà?) ; finis les dîners entre amis, finies les sorties au musée, le shopping et les restaurants bondés ; finis les cafés de copines… Quel vide ! Que me reste-t-il ?

Il nous faut se recentrer sur l’essentiel nous serine-t-on : courses alimentaires, soin, activité physique indispensable…OK… sans oublier les nouvelles activités que je ne maîtrise pas et que je ne peux plus déléguer : en plus de mon télétravail, je dois faire le ménage, les courses, le linge et bien sûr aider les enfants pour leur assurer la continuité pédagogique.

Franchement, si c’est ça mon essentiel…je veux bien, mais ça manque de paillettes… on nous avait habitués à mieux…je manque de motivation, là !

Avant, tout était très organisé, je courais toujours derrière le temps, mais si j’en trouvais…je pouvais sortir de chez moi, de mon intérieur ! de mon intériorité aussi, oui, maintenant que vous le dites… »


Si Adeline n’était pas confinée, elle aurait pu aller consulter une conseillère conjugale et familiale qui lui aurait dit…


« Si je comprends bien, vous vous sentez déboussolée et angoissée par ce vide laissé par tout ce que vous aviez l’habitude de faire et qui meublait votre existence, vous avez perdu le contrôle et vous vous retrouvez seule face à ce nouveau rythme ? »

« Et si ce temps imposé était en fait une chance ? Et si c’était le bon moment pour prendre une grande inspiration ? Est-ce que vous pensez en avoir besoin ? »

Et Adeline se serait probablement dit : « c’est peut-être une opportunité à saisir… sans ce confinement, je n’aurais jamais osé ! Oui …mais alors, j’en fais quoi de ce temps ? »



1. Je peux chercher à combler ce vide en multipliant les interactions virtuelles, et occuper le temps...à chercher... comment ne pas le perdre.

OU Accueillir ce vide, accepter que je sois désorientée et fatiguée…

POURQUOI FERAIS-JE CELA ? Parce que si je ne le fais pas, j’enfouis mes émotions. Elles vont alors s’amplifier et finir par me submerger, me couper de moi-même et des autres… selon la sacro-sainte expression « c’est une goutte d’eau qui fera déborder le vase »

A QUOI CELA VA ME SERVIR DE LE FAIRE ? Accueillir ses émotions est une façon de faire diminuer sa pression intérieure. C’est s’accepter comme on est, et s’aimer quand même. Si je reconnais mes émotions, je peux alors comprendre ce dont j’ai besoin, et mettre en place le moyen de satisfaire ce besoin. (Ex : si j’ai peur, j’ai besoin d’être rassuré, que vais-je mettre en place pour me rassurer moi-même). Si je suis en accord avec moi-même et mes besoins, je suis moins envahi par des crises incontrôlées, et mes relations en bénéficient.


2. Je peux chercher à être en permanence dans l’action et à ne pas laisser de temps mort, notamment, et surtout pour mes enfants…

OU Accepter de m’ennuyer et que mes enfants s’ennuient aussi

POURQUOI FERAIS-JE CELA ? Si mes enfants s’ennuient, ils vont instinctivement tâcher d’en sortir. Ils vont mettre leur cerveau, leur imagination, leur créativité en marche, ce qu’ils ne font pas quand on leur « pousse » une idée, un film…

Attention ! il faut leur laisser le temps de prendre conscience de leur capacité à sortir seul de cette situation. Ce sera d’autant plus long qu’ils ont l’habitude que leurs parents les sortent de l’ennui.

A QUOI CELA VA ME SERVIR DE LE FAIRE ? D’accord, tous les psys le disent, mais moi, j’entends déjà la chanson qui me fait dresser les cheveux sur la tête « maman je m’ennuie !!! » parce que l’ennui est bon pour la santé mentale, dites-vous…des enfants peut-être, mais des parents ???? j’ai un doute…

Certes…mais voilà…essayons de voir le bien être à long terme de nos enfants, la satisfaction immédiate, c’est bien, c’est utile, mais ce n’est pas ce qui les rendra responsables demain et capables d’imaginer puis de construire leur bonheur…

3. Puisque c’est moi qui gère mon temps, je peux chercher tout ce qui est bon pour la santé, intelligent et « green » à mettre en place, je peux me faire un emploi du temps minuté où je n’oublierai pas les must-do du dernier blog à la mode

OU Je peux me demander ce que je veux vraiment faire de ce temps, comprendre ce qui est important pour moi et mon entourage

POURQUOI FERAIS-JE CELA ? parce que c’est ce à quoi j’aspire au fond de moi, mais jusque-là mon rythme de vie ne m’a pas permis de le faire. Je vois bien aujourd’hui que si je cherche le sens de tout cela, j’ai du mal à le trouver…cela me panique et je préfère arrêter de chercher. Parce que l’on me dit comment je dois me comporter pour être un parent parfait, un conjoint parfait, un citoyen parfait, un écologiste parfait, et que je pioche sans cesse dans les media les ingrédients du bonheur sans jamais le trouver…Parce qu’au fond cela ne me ressemble pas et je ne sais pas pourquoi. Parce que je mérite d’être bien dans ma vie et de poser les actes pour l’être.

A QUOI CELA VA ME SERVIR DE LE FAIRE ? Revenir à moi, mes envies, mes besoins, mes rêves, à ceux de mon couple, de ma famille… la voilà la respiration, le voilà le recentrage ! Si je sais ce que je veux en tant qu’individu, je ne chercherai plus à plaire à ou à me fondre dans un univers qui ne me convient pas. Si nous savons ce que nous voulons en tant que couple, nous saurons nous aimer dans le respect de l’un et de l’autre. Si nous savons ce que nous voulons en tant que parent, nous n’essaierons plus de faire nôtre, la méthode d’éducation à la mode, qui va à l’encontre de ce que nous sommes et qui ne montre donc, aucune efficacité… Si nous savons ensemble ce que nous voulons, nous pourrons assumer pleinement nos responsabilités d’adultes, et transmettre nos valeurs avec force et conviction.


Si vous vous sentez une âme d’Adeline*, et que vous avez envie d’aller de l’avant dans votre questionnement…consultez votre conseillère conjugale et familiale !

*Toute ressemblance avec un personnage réel, est tout à fait fortuite.

275 vues
Contact

Consultations :

8 rue Bouilloux Lafont, 75015 Paris

possibilité de consultation par visioconférence

Prise de Rendez-vous :
07 80 99 77 91

camillesepulchre.ccf@gmail.com