Rechercher

Quand la connexion nous déconnecte de nos relations…


Si ma mémoire est bonne, notre vieil et sage Aristote nous a dit : “l’homme est un être sociable, la nature l’a fait pour vivre avec ses semblables”. Ainsi, pour vivre et même pour survivre, nous avons besoin d’être en relation, nous avons besoin de contacts physiques, de tendresse, de câlins; nous avons besoin d’être regardés, que l’on nous parle gentiment, que l’on fasse attention à nous, nous avons besoin d’aimer et d’être aimés…pour ce que nous sommes. C’est une question de survie et pourtant, j’ai l’impression que nous sommes en train de perdre cet instinct qui nous pousse les uns vers les autres…ou peut-être que ce n’est pas l’instinct que nous perdons, mais la volonté d’aller vers l’autre dans la durée que nous ne travaillons pas.


En théorie, quand l’Homme (avec un grand H) s’investit dans ses relations, qu’il y consacre du temps, il part à la découverte d’un autre, de l’Autre (avec un grand A), celui qui va l’enrichir et qui va lui permettre de devenir qui il est, d’advenir à lui même, de vivre des émotions agréables et désagréables, en bref de se sentir vivant… ça c’est beau, c’est aspirationnel, c’est que nous rêvons de vivre…mais c’est aussi ce que bon nombre d’entre nous a laissé tomber, abandonné, trop compliqué !


Ce qui est compliqué, c’est que, passés les premiers émois : l’autre me contredit, l’autre n’est pas d’accord, l’autre s’exprime…il m’agresse, m’empêche de vivre ma vie, ma liberté totale, il m’impose des contraintes… Et puis, entre nous, je le connais par coeur, voyez-vous, que va-t-il encore m’apprendre sur lui que je ne sais déjà? Bref, sans crier gare, mes relations deviennent rapidement moins attractives, moins enthousiasmantes : habituelles, routinières… je me dis, pour me rassurer, que c’est la vie qui veut ça, que ce n’est pas de ma faute ! la preuve, ça m’arrive avec tout le monde…mon conjoint, mes parents, mes enfants, mes amis, mes collègues,mon psy…et pourtant ...


L’autre peut m’apporter joie et bonheur, je le sais, je le sens, je le veux, mais souvent à court terme, il m’apporte frustration, énervement, colère, tristesse, me force à sortir de moi, de ma zone de confort pour aller vers lui, communiquer et faire des projets…une énergie à donner, à choisir, avec incertitude de succès, voire avec la certitude qu’il va falloir argumenter, parler…que ce chemin est parsemé d’obstacles que seront les négociations, les conflits, les crises aussi peut-être, bref, tout un tas de choses qui vont me stresser, me donner des émotions désagréables…par moments les bras m’en tombent, je renonce : La tentation est forte, de me replier sur moi, de me créer une bulle, une zone de confort, des remparts, une protection, ne pas avoir à affronter l’autre.


C’est à ce moment-là que je m’aperçois que j’ai un truc génial !!! un truc qui va me permettre de me retirer dans ma bulle, d’oublier mes soucis, me fournir en dopamine, ce qui va me donner la sensation d’aller mieux, de me distraire…avec ça, pas besoin de passer par des émotions désagréables, c’est la joie sans obstacles….celui là ne me contredit pas, il est d’accord, il me montre ce que je veux voir…il ne m’agresse pas, ne m’empêche pas de vivre ma vie, ma liberté totale, ne m’impose aucune contrainte en apparence…Mon écran !! Que ferais-je sans lui ??? je ne peux m’en passer, et il me permet si bien d’échapper à mes contraintes, mes soucis, mes relations conflictuelles ou juste sans saveurs, routinières…


Alors oui, cela peut me détendre, mais quand cela devient un échappatoire à ma vie, à mes relations…je fais quoi ?? parce que concrètement, si je suis lucide...je vais toujours préférer me détendre avec une vidéo ou un podcast, je vais parfois même préférer travailler, répondre à mes sollicitations pro, “attends chéri(e) c’est sérieux c’est du boulot je ne peux pas faire autrement” plutôt que d’affronter des reproches, de la charge mentale, des conversations sérieuses, des sollicitations encore et toujours comme si je n’en avais pas déjà assez dans mon travail…

On dit, oui il y a des choses très intéressantes sur le web et sur les réseaux…mais moi en vrai, j’en profite? ou je m’abrutis juste la tête , pour faire taire ce qui m’embête dans la vie ?



Une relation pour être épanouissante et heureuse a besoin de temps, du temps pour se dire, du temps pour partager, du temps pour s’aimer malgré les différents…et le temps nous en manquons tous !!

et nous sommes la génération de l’immédiat, nous voulons être heureux maintenant, pas plus tard, nous choisissons la dopamine en libre accès plutôt que la sérotonine qui a un coût, celui d’investir du temps dans nos relations, de parler, d’essayer de se comprendre sans y arriver de façon certaine.

Mais dans les relations comme dans la vie économique, c’est en investissant qu’on a une chance de devenir riche…


Alors si vous souhaitez investir, voici quelques pistes :

  1. Faites le point sur votre temps d’écran quotidien

  2. Identifier le temps indispensable pour vous, du temps secondaire, en faisant vos priorités : passer du temps en famille, prendre des nouvelles de mes amis…

  3. Prenez l’habitude de ne pas marcher dans la rue avec votre smartphone.

  4. Éloignez votre smartphone de la table du repas, éteignez les notifications pendant les temps sociaux.

  5. Obligez vous des temps de déconnexion pure : 1 jour sans écran par semaine au moins

  6. Et si vous vous ennuyez… c’est bien :) cela vous permettra de penser à des projets, de solutionner certains problèmes parfois de façon inconsciente !


Tout ce temps dégagé vous permettra d’être attentifs à ceux qui vous entourent et de retrouver le plaisir d’échanger. Et bien sûr, si vous ne savez comment reprendre le fil de vos relations…un conseiller conjugal et familial peut vous accompagner !


86 vues0 commentaire