top of page
Rechercher

Hyperconnexion, quand tu nous tiens....

Et si notre fatigue chronique, notre irritabilité, notre stress, nos conflits, nos problèmes de communication, notre insatisfaction relationnelle, étaient liés à notre hyperconnexion ?

Et si notre difficulté à nous motiver, à trouver le temps, à profiter du moment présent, venait de là ?



Notre hyperconnexion peut-être à l’origine de nos difficultés relationnelles, au travail comme à la maison…

Quand on parle de #SantéMentale , on évoque la difficile #gestiondesémotions, le #stress envahissant et sa forme ultime le #burnout , notre #fatigue, notre #chargementale ; on évoque notre difficulté à #êtreheureuxdansnosrelations, notre impossible#equilibrevieprovieperso, notre #gestiondutemps et bien d’autres problématiques… On oublie parfois que ces éléments ne sont que des symptômes… Ceux de notre #hyperconnexion


Cela m’a percuté lors de mes derniers accompagnements de couple et de salariés d’entreprise :

  • Théo et Léa, n’avaient pas les « problèmes de communication » qu’ils pensaient…ils n’avaient juste pas le temps et la disponibilité mentale l’un pour l’autre, les écrans avaient tout pris : le 1er regard du matin en se réveillant (et les suivants), le temps, l’énergie, et même l’envie !

  • Le stress et la fatigue de Sidonie n’avaient pas pour seule origine sa charge de travail, comme elle le pensait…elle n’arrivait juste pas à déconnecter, au point que sa vie personnelle avait perdu tout intérêt et que même avec ses amis elle avait du mal à être présente

Le constat est pourtant bien difficile à poser pour nombre d’entre nous… Nos vies sont totalement dépendantes de nos écrans, le coupable est tout désigné : le travail, et oui, il faut bien télétravailler, donc c’est comme ça ! Sauf que non, notre hyperconnexion est bien plus large, parce qu’après le travail, nous passons en mode écran loisirs…il faut bien se détendre !! Après tout, tout le monde le fait, et quand on fait comme tout le monde, cela nous paraît toujours moins grave !

Ajoutons que c’est le sens de l’histoire, on ne va pas revenir en arrière, il faut savoir vivre avec son temps… Et puis, ce n’est pas une substance illicite, les écrans ont aussi du bon, et nous ne voulons pas nous couper du monde ! Bref, tellement de bonnes raisons de relativiser…

Seulement voilà…c’est exactement ce que nous faisons (nous couper du monde : réel concret tangible physique), et pardon, mais c’est grave : grave pour notre santé mentale et notre santé physique, et parce qu’avec elles ce sont nos relations qui en prennent un coup….et c’est normal : nous sommes irritables, perdus dans nos pensées, démotivés, indisponibles, fatigués, en surcharge mentale, vidés de toute intériorité… Comment travailler à notre bonheur dans ces conditions ? Pas facile, flemme… Au mieux nous sommes passifs, au pire nous ramons contre !

Nous ne savons ni ne pouvons faire autrement, car c’est une addiction, Merci @JustinRomano (Ted Talk : it's time to confront our global addiction) , c’est la première fois que j’entends ce mot posé par un médecin : car nous n’arrivons pas à vivre sans, parce que nous sommes en manque, parce que nous préférons scroller plutôt que faire des projets, parce que nous n’arrivons pas à arrêter, parce que nous perdons le contrôle de notre temps…et surtout quand nous le comprenons nous nous sentons mal et impuissants, voire nuls et sans volonté : moche… parce qu’après ces échecs, nous abandonnons la lutte : trop forts ces écrans !

Et tout cela s’explique très bien d’un point de vue neuropsychosocial, des études ont été faites, les mécaniques sont identifiées et les liens sont formels (cf conférence Ph.D. J.Brown Palo Alto University, Behavioral Health Aspects of Screen Time Misuse )

Je crois que nous méritons mieux que ça…des solutions, il y en a…mais cela ne passera pas sans une prise de conscience de notre vulnérabilité et une envie de changement !

Et nous allons devoir travailler à surmonter nos freins, nos peurs, nos habitudes…

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accompagner les entreprises qui souhaitent aider leur salariés à reprendre le contrôle de leur vie professionnelle, en s’autorisant à déconnecter pour cultiver un équilibre vie pro vie perso et améliorer leurs relations…

  1. Une conférence pour prendre conscience de notre hyperconnexion, ses impacts encore trop inconnus sur notre santé, et décider le changement

  2. Des ateliers pour concrétiser notre volonté grâce à des outils pertinents

  3. Des suivis individuels pour ancrer les nouvelles pratiques dans le quotidien

Et pour ceux qui souhaitent entreprendre la démarche en couple ou en famille… un programme d’accompagnement vous sera proposé à la rentrée de septembre.


Il est temps de redonner à nos écrans la place qu’ils méritent, celle de nous simplifier la vie, pas celle de nous occuper l’esprit, de nous priver d’énergie ou de remplacer les relations à nos proches…

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page